Arthur, Kaamelot

*

 

A celles qui se - et me - posent la question, non, non, je ne suis pas encore en train de prendre une pause longue comme un jour sans pain et sans sourire, j'usine...

plaid_

 

plaid

 

*

A flanc de coteau, il y avait des cailloux et beaucoup de poussière. A flanc de coteau. Elle n'avait jamais employé cette expression. C'était tellement français. Comme si elle n'y avait pas droit. Elle portait une petite robe rose. C'était sa mère qui l'avait tricotée. Elle avait six ans, et cette robe avait été terminée pour son quatrième anniversaire. Quand elle se baissait, même un tout petit peu, on voyait sa culotte. Elle aimait bien qu'on voie sa culotte. Elle estimait que c'était un signe d'élégance. Assise dans la poussière, elle criait dans sa langue. Inutile d'essayer de traduire ce qu'elle disait.Il paraît que pour chaque mot d'une langue, il existe un mot équivalent dans toutes les autres, mais Violette pensait exactement le contraire. Elle n'avait jamais parlé français avec sa mère. Il y avait des mots de français dans leur conversation, mais c'était parce qu'elles vivaient en France et que certains objets français n'avaient pas de noms chez elles. Le français remplissait les trous.

Agnès  Desarthe - Un secret sans importance